Neuvième Copa America de l'histoire du Brésil, vainqueur du Pérou  (3-1) en finale grâce à Everton, Gabriel Jesus et Richarlison

 

Le Brésil a remporté la Copa America pour la 9e fois de son histoire, dimanche à Rio de Janeiro, la première depuis 2007. Au Maracana, la Seleçao a dominé le Pérou en finale (3-1) grâce à des buts d’Everton (15e), Gabriel Jesus (48e) et Richarlison sur penalty (90e). Guerrero avait égalisé sur penalty pour les Péruviens (44e) après une main dans la surface de Thiago Silva. Le Brésil, orphelin de Neymar blessé avant le tournoi, perpétue sa tradition de s’imposer systématiquement quand il organise l’épreuve continentale (succès en 1919, 1922, 1949 et 1989) et succède au palmarès au Chili, double tenant du titre. Après avoir battu l’Argentine en demi-finale, il ne restait plus qu’un match à gagner ce dimanche soir contre le Pérou.

Un adversaire inattendu pour la Seleçao, qui avait nettement battus les Incas en phase de groupes (5-0). Cette fois, dans un Maracana bouillant les Péruviens n’ont pas tendu les deux joues. Ils ont opposé une belle résistance et ont donné du fil à retordre aux hommes de Tite, pas très bien entrés dans leur finale. Mais au quart d’heure de jeu, tout le monde a poussé un ouf de soulagement quand Everton a ouvert le score. Le nouveau joyau du football auriverde s’est retrouvé seul au deuxième poteau pour reprendre un superbe centre de Gabriel Jesus (15eme). Juste avant la mi-temps, le Pérou a obtenu une occasion inespérée d’égaliser. Une main involontaire de Thiago Silva a permis à Guerrero de marquer sur penalty (42eme). Au meilleur moment, ou presque. Car dans le temps additionnel de ce premier acte, Gabriel Jesus a redonné l’avantage aux siens avec un tir au ras du poteau (45eme)

Richarlison libère le maracana

C’était une impression diffuse ce dimanche soir : il ne pouvait rien arriver à ce Brésil, pour une fois. Mais les Brésiliens doivent encore composer avec de vieux démons et jouent toujours à se faire peur. A vingt minutes du terme, Gabriel Jesus a été expulsé pour un deuxième avertissement à cause d’un coude trop en avant (70eme). Il fallait donc tenir et accepter de souffrir. Comme sur ces occasions coup sur coup de Trauco (73eme) et Flores (74eme), dont la frappe surpuissante a fait trembler tout le stade. Mais le Brésil n’a pas craqué. Mieux, il a pu exulter avant le coup de sifflet final grâce à un penalty transformé par Richarlison (90eme). Décevants en Copa America depuis 2007, les Brésiliens remportent la compétition pour la neuvième fois de leur histoire. Ce sacre consacre le mérite de Dani Alves, 40 fois sacré dans sa carrière de footballeur.

S.A

Meilleur buteur :Everton

Meilleur joueur :Dani Alves

Trophée du fait-play : Brésil

Meilleur gardien :Alisson