Lepays225.com

  

 
 

  

Les leaders de sept syndicats de la santé ont observé le mardi 24 septembre dernier une grève de la faim pour disent-ils dénoncer l’injustice et interpeller les autorités. Dans cette interview, le porte-parole de la plate forme des syndicats revient sur les raisons de cette grève de la faim et annonce une grève générale le 07 octobre 2019. Entretien. Lire la suite.

 

Valentin Koulaï, il y a quelques jours, vous avez observé une grève de la faim au sein de la cathédrale saint Paul du Plateau. Peut-on savoir pourquoi ?

 

La grève de la faim que nous venons  d’observer  le mardi 24 septembre dernier est consécutive à une  assemblée générale  que nous avons tenu le  07 septembre 2019. Cette assemblée générale  a adopté trois résolutions à savoir  la tenue  d’un  sit-in.  Ce  qui a été fait.  La seconde résolution prévoyait  une  grève de la faim pour le 10 septembre mais pour plusieurs  raisons, nous avons décalé  la grève de la faim pour deux  semaines. Finalement, la grève de la faim a eu lieu la mardi 24 septembre dernier.

« Nous annonçons une grève générale le 07 octobre 2019 »

La troisième résolution porte sur une grève générale prévue pour le 07 octobre prochain.

Pourquoi une grève de la faim dans un pays où la population ivoirienne  ne meurt pas de faim ?

 

Cette grève de la faim fait suite à un mutisme total du gouvernement Ivoirien face aux cris de cœur que nous lançons à leur égard. Nous avons beaucoup de problèmes. Le système de santé  en Côte d’Ivoire est malade de ses ressources humaines. Comment comprendre que des contractuels et ex-agents de santé qui nettoient  le sol  de nos hôpitaux, des dispensaires et autres centres de santé lorsque les malades  vomissent, défèquent, ces personnes dis-je,  peuvent enregistrer quatre voire neuf (9) mois  d’arriérés de  salaire. Nous avons demandé à l’Etat de Côte d’Ivoire de revoir la sous-traitance avec les entreprises. A cet effet, il y a eu le degré 2015-460 du 24 juin  2015 qui a abrogé le degré numéro  94-218  auxquels ces structures étaient assujetties. On demande à l’état que pour  éviter  que ces personnes connaissent les problèmes qu’elles vivent en ce moment, il faut les intégrer à la Fonction publique. On connait leur nombre  et où  elles exercent. Jusqu’aujourd’hui, ce n’est pas fait.  Ces sociétés fictives reçoivent de l’argent mais  ne paient pas  leurs agents. A côté de cela, certains agents de santé : infirmiers, sage-femme, techniciens, tous des fonctionnaires et recrutés en janvier 2018, n’ont toujours pas leur arrêté signé pour recevoir leur solde. Cela fait deux ans qu’ils n’ont pas encore perçu leur salaire et pourtant, ils sont en activité. Ils vivent comment…

Le ministre de Fonction Publique  dans une émission sur RTI1 avait annoncé que les nouveaux fonctionnaires ne mettraient plus  six mois avant de percevoir leur premier salaire. Voulez-vous dire que se sont  de vaines paroles, des paroles flatteuses ?

 

Le politique a son verbe. Le syndicaliste a aussi son verbe. Vous parlez d’une  promesse du ministre mais je vous dirai que le ministre  n’est pas proche de la réalité. Il est au sommet. Nous ne doutons pas du ministre. Il peut s’avérer que  le ministre  ne soit pas  informé du fonctionnement de son système. Pour le cas que nous évoquons, cela concerne environ cent (100) agents de santé. J’ose croire qu’au travers cet entretien, le ministre sera informé si tel est le cas.

En attendant que les autorités se décident,  quelles sont les démarchent que vous avez entreprises…

 

Nous avons écrit à la tutelle, au ministre de la Fonction Publique,  sans ignorer le protocole d’accord  qui a été signé  en 2018 à la suite d’une grève. Un autre protocole d’accord a été récemment signé entre le ministère et la plate forme de la santé. C’est vous dire, ce que nous faisons ne sont pas des actions anodines au ministère  de la Santé, au ministère de la Fonction publique et à la Primature. Ils sont tous informés de ses déboires mais malheureusement on cri mais nos cris ne sont pas entendus.

Vous affirmez parler au nom de la plate forme des syndicats de la santé et pourtant,   la grève de la faim que vous venez d’observer a réuni seulement une poignée de personnes, moins d’une quinzaine de personnes.  Êtes-vous sûr de parler au nom des syndicats de la santé ?

 

 Oh, oh ! En faite, lors de l’assemblée générale, les secrétaires généraux que nous sommes avons pris sur nous  d’observer cette grève de la faim au nom de tous les agents de santé de Côte d’Ivoire. Pour ce qui est de la masse, vous verrez le 07 octobre prochain.

Après 24 heures de la grève de la faim  à la cathédrale saint Paul du  Plateau, que peut-on retenir ? Avez-vous obtenu satisfaction ?

 

Après 24 heures, les sentiments sont mitigés. Notre action visait à interpeller l’opinion nationale et internationale. A ce niveau, c’est  pour nous  un sentiment de satisfaction parce que notre action a été relayée  par la presse nationale et internationale.  Nous pensons que cela a été entendu par le ministre. Nous disons au ministre  que la gangrène est gazeuse et qu’il importe que l’ablation de la gangrène gazeuse  soit faite sinon elle embaumera la corporation. Nous sommes aussi  insatisfaits. Vous savez, la grève de la faim est un mouvement de protestation. D’où sort que la sécurité nationale, censée  assurée  notre sécurité puisse vouloir nous kidnapper. Somme nous des braqueurs, des hors la loi ? Nous nous interrogeons.

Les syndicats et le gouvernement ont décidé d’une trêve sociale, n’est-ce pas pour cela ?

 

Nous ne sommes pas signataires d’une trêve sociale.

« Le gouvernement ne tient pas ses engagements »

Koffi Narcisse  (sg du syndicat des agents administratifs de la santé).  La trêve sociale n’est pas une entorse à l’activité syndicale. La trêve sociale entre le gouvernement et les syndicats dont vous parlez est pour les points de revendications que nous avons mis devant l’autorité en janvier 2017  lors de la grève générale de tous les fonctionnaires. Il n’a jamais été question qu’il faut museler l’activité  syndicale.  Aucun article ne le dit. D’ailleurs dans la trêve sociale,  l’article premier dit que le gouvernement est tenu de trouver des solutions avec les travailleurs à chaque fois qu’ils poseront des problèmes. C’est un engagement. Les travailleurs à leur tour   ont pris un engagement. Quand la partie du gouvernement n’est pas respectée, il va s’en dire que l’utilisation de  la voie syndicale pour atteindre son objectif s’impose.  C’est ce que nous avons fait. La grève de la faim que nous avons faite était une grève pour interpeller l’autorité.  C’est pour nous une façon de dire à la population que ça ne va pas. Nous ne sommes pas contre cette même population. Chose étonnante,  au deuxième jour de cette grève, notre ministère (Santé) a préparé un Kidnapping afin de nous jeter en prison. Nous rappelons que ces actions ne vont pas cesser car ce sont des actions soutenues par  la base  des agents de Santé.

Après cette grève, n’avez-vous pas peur  de voir vos salaires gelés ou d’être licencié ?

 

Les menaces, nous les vivons tous les jours. Nous préparons la base à toute éventualité. Si cela arrivait, il aura une réaction appropriée de la base.

Parlons maintenant de l’INFAS…

 

Le problème de l’Infas est l’un des sujets brûlant de notre action. Voici une école qui forme près de 80% des agent de santé de Côte d’Ivoire,  une école inscrite au sein des structures de formation  supérieure au niveau de l’Uemoa, ne structure qui est compter parmi les centres d’excellence d’Afrique mais qui malheureusement  n’a pas  encore emboité le pas aux autres centres que sont les centres de formation des agents de santé du Niger, du Sénégal, du Mali, du Bénin etc..Aujourd’hui il est question que tous les établissements d’enseignement supérieur dans l’espace Uemoa  appliquent le système Lmd. Ce qui n’est encore pas  le cas au niveau de l’Infas. Parce que le statut actuel de l’Infas ne s’y prête pas. Nous avons demandé  la réforme de ce statut malheureusement cette réforme tarde pour des intérêts égoïste de certains enseignants. Vous êtes sans ignorer que pour enseigner  au supérieur cela demande au minimum un master sinon  un doctorat. C’est tout ça qui freine la mise en œuvre du système Lmd. La plupart des enseignants de l’Infas  n’ont pas le niveau  universitaire. Voici comment le blocage est fait. Le  système Lmd  favorise la mobilité académique et professionnelle.  Quand on sort de l’Infas, on vous délivre un diplôme d’Etat qui ne peut pas être monnayé nulle  part.  C’est de l’arnaque.

Koffi Narcisse :S’agissant de la réforme hospitalière, elle  a été l’objet d’un atelier  qui a réuni les professionnels de la santé à Grand-Bassam.  Pour ce qui est de l’article 3 de cette réforme nous avons constaté  une exclusion des bénéficiaires de cette reforme hospitalière. Cette reforme ne s’applique qu’aux agents qui sont dans les structures hospitalières. Le ministère de la Santé,  ce sont les  centres  de santé, les structures de recherche,  les centres de transfusion sanguine (…).on note  assez de structures qui ne sont pas forcement hospitalières.  Si ça reste en l’Etat, il aura l’exode  des agents de santé vers les centres hospitaliers pour les faire  bénéficier de ses retombés. Les termes prêts à confusion, des termes à polémiques.   Malheureusement  cette réforme hospitalière a été votée.  Cette reforme va soutenir la couverture maladie universelle dans son application. Or,  si la reforme ne favorise pas le développement de l’agent de santé il y a de quoi à être inquiet.

« Les conditions pour la réussite de la CMU »

 Hubert Koulaï : Concernant la CMU,  elle vient modifier  le fonctionnement de nos structures sanitaire. Pour qu’elle soit efficace  et effective,  il faut que nos hôpitaux soient dotés en médicaments de façon régulière pour que les populations puissent se soigner, les  équiper en matériels, réhabiliter les structures. Comment comprendre que  le CHU de Yopougon ferme en novembre prochain, la PMI de Yopougon est fermé... Comment comprendre qu’avec un tel schéma, avec des agents peu motivés,  on puisse avoir des soins de qualités.  Quand notre base est satisfaite, nous sommes satisfaits. Pour l’heure la base n’est pas satisfaite.

Le gouvernement a décidé de faire grimper le budget du ministère de la Santé à plus de 400 milliards de francs. N’est-ce pas un effort pour régler les problèmes que vous évoquez?

 

L’organisation mondiale de la santé recommande au gouvernant  que soit mis à la disposition de la santé 15% du budget national pour un système de  santé efficace et performant. Ce budget de plus de 400 milliards représente  moins de 6% du budget national.

« Nous demandons des primes fixes et non des primes d’intéressement »

A l’instar de certains ministères où ils ont des primes fixe trimestrielles, nous demandons des primes fixes et non des primes d’intéressement. Pour la CMU, nous demandons au gouvernement de faire des sacrifices./.

Les secrétaires généraux  des syndicats qui forment la plateforme syndicale :

 

Hubert Kpassaï (sg syndicat des ex-agents déflatés de la santé), Koffi Narcisse (sg du syndicat des agents administratifs de la santé), Konan Alphonse (sg du syndicat des secrétaires médicaux de C.I), Ouattara Jean Baptiste (sgA du syndicat  des ex agents administratifs de la santé), Kara Brice (sg du syndicat des administrateurs des services de santé de CI) et  Koffi Inès (sg du mouvement des sages-femmes et maeuticiens  pour un système de santé ivoirien performant).

San Aubin

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DERNIERS ARTICLES

Lepays225.com-08 juin2020-INTERVIEW/ Bah Soumalet, président de l’Alliance des Sociaux-Démocrates(ASD) et membre de la plateforme de l’opposition ivoirienne./«Le régime a mobiliser plus de 4.000 milliards de FCFA et  les 200 millions de masques que le Gou
Lepays225.com-08 juin2020-INTERVIEW/ Bah Soumalet, président de l’Alliance des Sociaux-Démocrates(ASD) et membre de la plateforme de l’opposition ivoirienne./«Le régime a mobiliser plus de 4.000 milliards de FCFA et les 200 millions de masques que le Gou
Publication : lundi 8 juin 2020 22:14
 Oustaz Koné (conférencier-théologien)/« Dieu est devenu un fonds de commerce. »
Oustaz Koné (conférencier-théologien)/« Dieu est devenu un fonds de commerce. »
Publication : samedi 6 juin 2020 15:28
Présidentielle d’octobre 2020/Le PDCI-RDA en conventions locales éclatées les 25 et 26 juillet prochain
Présidentielle d’octobre 2020/Le PDCI-RDA en conventions locales éclatées les 25 et 26 juillet prochain
Publication : samedi 6 juin 2020 15:21
 Côte d’Ivoire-lepays225.com-Affaire Matca/Le courrier  de l’ex-DG qui confond la direction des assurances et les dirigeants actuels de la MATCA.
Côte d’Ivoire-lepays225.com-Affaire Matca/Le courrier de l’ex-DG qui confond la direction des assurances et les dirigeants actuels de la MATCA.
Publication : mardi 19 mai 2020 17:09
Côte d’Ivoire-22 avril 2020-lepays225.com- Gabegie à la MATCA/Un trou de 2.286.669.330 FCFA  découvert *L’équipe dirigeante actuelle accuse l’ex-PCA
Côte d’Ivoire-22 avril 2020-lepays225.com- Gabegie à la MATCA/Un trou de 2.286.669.330 FCFA découvert *L’équipe dirigeante actuelle accuse l’ex-PCA
Publication : mercredi 22 avril 2020 17:55
Côte d’Ivoire-22avril 2020-lepays225.com-Interview/Djé Bi Djé Vamy Olivier (maire de Zuénoula et candidat déclaré à l’élection présidentielle d’octobre 2020)/« La Côte d’Ivoire est malade, je veux la guérir»
Côte d’Ivoire-22avril 2020-lepays225.com-Interview/Djé Bi Djé Vamy Olivier (maire de Zuénoula et candidat déclaré à l’élection présidentielle d’octobre 2020)/« La Côte d’Ivoire est malade, je veux la guérir»
Publication : mercredi 22 avril 2020 17:46
Côte d’Ivoire-Abidjan-20avrl 2020-lepays225.com-Décès de Marie Rose Guiraud/Les Condoléances du gouvernement à la famille éplorée
Côte d’Ivoire-Abidjan-20avrl 2020-lepays225.com-Décès de Marie Rose Guiraud/Les Condoléances du gouvernement à la famille éplorée
Publication : lundi 20 avril 2020 22:35
Côte d’Ivoire-Abidjan-20 avril 2020-lepays225.com-2ème Edition du Sommet Panafricain de l’Enfance et de l’Adolescence/Un trait d’union entre l’Afrique et ses fils
Côte d’Ivoire-Abidjan-20 avril 2020-lepays225.com-2ème Edition du Sommet Panafricain de l’Enfance et de l’Adolescence/Un trait d’union entre l’Afrique et ses fils
Publication : lundi 20 avril 2020 22:13
Élection à la FIF /Eugène Diomandé se retire  au profit de Drogba
Élection à la FIF /Eugène Diomandé se retire au profit de Drogba
Publication : mardi 14 avril 2020 19:37
Côte d’Ivoire-lepays225.com-Interview avec le président  de Horest/« Les pertes se chiffrent en milliards de nos francs »
Côte d’Ivoire-lepays225.com-Interview avec le président de Horest/« Les pertes se chiffrent en milliards de nos francs »
Publication : mardi 14 avril 2020 19:23

TITROLOGIE

  • abj.jpg
  • frat.jpg
  • fraternitematin-15458.jpg
  • fratmat-du-10-fev.jpg
  • fratmat27.jpg
  • infos.jpg
  • inter27.jpg
  • lereveil.jpg
  • letemps.jpg
  • letemps16.jpg
  • letemps17.jpg
  • letemps21.jpg
  • letempsmardi.jpg
  • linter.jpg
  • linter19.jpg
  • lintermardi.jpg
  • matin.jpg
  • matin1.jpg
  • nouveau-reveil.jpg
  • nouveaumardi.jpg

MUSIQUE Tendances

Musique : Sortie d’album/Aklane  annonce son retour avec ‘’confirmation’’
Musique : Sortie d’album/Aklane annonce son retour avec ‘’confirmation’’
Publication : jeudi 12 janvier 2017 02:01

Lepays225.com-Offrir  à ses fans quelque chose de bien. C’est  le souhait de l’artiste chanteuse Aklane, abonnée depuis quelques années  aux prestations dans les pianos bars. Son  dernier opus date de 2011.  Pour son retour, l’artiste  annonce  un album de 10 titres baptisé « confirmation ».

INTERNATIONAL Dernières dépêches

Sénégal – Tchad : la condamnation d’Hissène Habré est « nulle », selon l’un de ses avocats
Sénégal – Tchad : la condamnation d’Hissène Habré est « nulle », selon l’un de ses avocats
Publication : mardi 14 juin 2016 00:26

Lepays225.com-Un avocat de l'ex-président tchadien Hissène Habré a réclamé lundi sa libération immédiate, affirmant que sa condamnation à perpétuité par un tribunal spécial africain à Dakar était « nulle » en raison d'une irrégularité sur la désignation des juges.

Indépendance de la Justice : Les magistrats dénoncent une cabale politique
Indépendance de la Justice : Les magistrats dénoncent une cabale politique
Publication : mardi 14 juin 2016 23:52

Dans un certain temps, la justice burkinabè est au centre d’une cabale tendant à la dénigrer afin d’atteindre un objectif inavoué : celui de restaurer la présidence du Chef de l’Etat et la vice-présidence du ministre de la justice au Conseil supérieur de la magistrature.  

Compteur

1859916
Aujourd'huiAujourd'hui994
HierHier2018
Cette semaineCette semaine3632
Ce moisCe mois26029

Nécrologie

 

Communiqué