Lepays225.com

  

 
 

  

 

Après le  passage à Londres du chef de l’Etat, Alassane Ouattara,  l’ambassadeur ivoirien à Londres et président de ‘’Côte d’Ivoire vision’’, son Excellence Aly Touré, a lors d’une rencontre avec la presse nationale à Abidjan, vanter les performances économiques de son pays. « Nous avons un taux de croissance moyen de 8% entre 2012 et 2019 contre 4% en 2011. Le taux de pauvreté qui était 51% en 2011 est aujourd’hui à 35%. Le taux de chômage est de 2,6% selon la définition du chômage par l’OIT et le BIT », s’est réjoui le diplomate ivoirien. L’analyse de cette affirmation qui n’est pas nouvelle, puisqu’elle est reprise comme un refrain par toutes les autorités au Ivoiriennes, nous impose deux axes de réflexion.

Comment peut-on améliorer la croissance lorsque les principales mamelles de cette économie sont en difficulté ?

De 2012 à 2019, le binôme café-cacao, locomotive de l’économie ivoirienne, a connu les pires moments de sa vie. Selon le 9e rapport de la banque mondiale sur la Côte d’Ivoire, une dernière enquête sur les ménages montre que 54,9% des producteurs de cacao vivait au-dessous du seuil de pauvreté en 2015. Quand bien même la Côte ait basculé sa production de 550 000 tonnes de 1960 à 1980 à plus de 2 000 000 de tonnes en 2018. Malgré cette croissance exponentielle de la production nationale, les producteurs ivoiriens ne perçoivent qu’une très faible part du prix de vente sur le marché international. Cependant, de 2004 jusqu’en 2011 leur part est passée à 60% des cours internationaux. Ce qui est toutefois inférieur à ce que perçoivent les producteurs du Ghana (70%) et le Nigeria (80-90%). En 2017 le pays a connu sa plus grande crise dans la filière avec la chute de 30% du prix à la bourse de Londres. Conséquences de cette situation au plan local, le nouveau prix du kg de cacao est descendu à 700F au lieu de 1100F la campagne précédente. Face aux difficultés liées à cette situation, le pays s’est retrouvé avec plus de 400.000 tonnes d’invendu.

L’hévéaculture passe en moins de 15 ans du boom au déclin. En effet, adopté en Côte d’Ivoire en 1990, l’hévéa a atteint sa vitesse de croisière autour des années 2002 avec la fixation du prix du latex à plus de 1000F CFA/kg. Et plusieurs paysans et cadres ont vu leurs gains s’améliorer nettement avec d’importants investissements dans ce secteur agricole. Depuis 2014, cette filière a entamé sa descente aux enfers. Jusqu’en 2018, le kg de latex s’achetait entre 150 et 200 F CFA. Cette situation a contribué à la baisse de la production nationale.

« La faiblesse des prix du caoutchouc naturel, coté à la Bourse de Singapour autour de 1,60 dollar le kg en janvier, perdure depuis bientôt cinq ans, malgré une légère embellie en 2017 (2 dollars/kg), lit-on dans Jeune Afrique. Toute chose qui a mis du plomb dans l’aile de ce secteur qui faisait tant rêver. Depuis, l’hévéaculture a du mal à sortir de son coma, malgré quelques efforts tentés ici et là.

Même l’anacarde qui domine la culture de rente dans le septentrion ivoirien connait de plus en plus de difficultés dont la principale est liée au prix d’achat du kg de cajou. Malgré une légère hausse du prix qui passe de 375f CFA la dernière campagne à 400 FCFA pour la campagne 2020 qui a démarré le 6 février dernier, les multiples difficultés demeurent. Il s’agit entre autres de la fuite du cajou vers d’autres pays que sont le Ghana, le Burkina Faso où le kg de ce produit s’achèterait entre 900 et 1000FCFA. Du coup, tout baisse dans ce secteur. « La récolte globale pour 2019 est estimée à 654 000 tonnes de noix, contre 761 317 tonnes en 2018. La Côte d’Ivoire a exporté 574 000 tonnes de celle-ci, contre 642 000 tonnes un an auparavant. La transformation locale a, elle, baissé de 16 % », constate Jeune Afrique.

Le secteur informel sous les roues des bulldozers. Depuis quelques années, le secteur informel est en régression part la faute du gouvernement ivoirien. Quand bien même ce secteur absorbe une bonne quantité des chômeurs ivoiriens. Surtout des jeunes diplômés sorties de nos universités publiques et privées et incapables de s’offrir un premier emploi salarié. Sous le prétexte d’une opération ville propre, plusieurs commerces appartenant aux particuliers sont passés sous les bulldozers du gouvernement. Jetant ainsi dans l’univers impitoyable du chômage. Surtout que l’Etat n’est pas en mesure de donner du travail à tous ces jeunes diplômé ou déscolarisés. Cette massive destruction du tissu informel de l’économie nationale a débuté dans les années 2013-2014. De Port-Bouët à Abobo en passant par Treichville, Koumassi, Adjamé, Attécoubé et Youpougon, ce sont plusieurs milliards d’investissements du secteur informel qui ont été emportés sans aucune promesse d’indemnisation. Ce fut le cas de Moussa N’gom, tenant d’un magasin à Yopougon-gare. « J’ai contracté un prêt de 6.000.000FCFA pour remplir mon magasin en prévision aux fêtes de fin d’année. J’ai fait  le plein le 6 décembre 2019 et le 13 du même mois une semaine après.  Les bulldozers sont passés pour tout casser. Comment vais-je rembourser tous ces crédits ? Je préfère mourir que de vivre », nous raconte-il, les yeux embués de larmes. Avec tous ces voyants économiques au rouge, comment arrive-t-on à améliorer les taux de croissance, de chômage et de pauvreté ? Et que dire des plaintes au quotidien des populations face à leurs difficultés pour s’assurer leurs besoins primaires (éducation, nourriture, santé, habitation etc.) ? Ces faits pourraient prêter à croire que ces chiffres brandis par les autorités pourraient ne pas refléter la vérité. Ces chiffres puent une manipulation dans les laboratoires du gouvernement ou encore dans les mystérieuses sphères financières internationales.

Si ces chiffres de la croissance sont vrais, alors il y a problèmes sur la répartition des richesses nationales.

Si la croissance économique est effectivement de 8% comme le brandissent les autorités, c’est-à-dire l’une des plus dynamiques au monde, alors il faut applaudir ce gouvernement pour cette performance historique. Mais, là où il y a le hic, c’est que cette grande performance est difficile à apprécier à travers le vécu quotidien des Ivoiriens. Environ 8 Ivoirien sur 10 vivent en dessous du seuil de la pauvreté dans un pays dont la croissance économique est de 8%. Les grandes infrastructures sanitaires ne valent que par leurs noms. Elles manquent toutes de plateaux techniques à la mesure de la taille de l’économie nationale. Les lycées, collèges et universités ne sont pas non plus logés à la meilleure enseigne. La preuve, quand nos autorités sont malades, elles prennent la direction de l’Europe ou d’Amérique, leurs hôpitaux ne présentant pas les plateaux techniques à même de leur prendre en charge. Il en est de même pour les écoles. Tous ou presque les enfants de nos autorités ne fréquentent pas nos école  et universités. Elles sont moins bonnes pour la formation de leurs enfants. Pourtant en 2017, le gouvernement a annoncé un rajout de 5 milliards dans l’éducation nationale. Et cela n’a pas empêché des grèves dans les écoles pour un manque soit des enseignants soit des tables bancs.  L’état des routes et autres infrastructure dégradées imposent cette interrogation :  Si l’économie nationale est si performante, et que les populations ne le vivent pas, alors à qui profite cette croissance économique ? Soit ces chiffres sont faux et là on nous ment, ou ces chiffres sont vrais, mais ils atterrissent dans les poches d’un groupuscule qui n’est pas le peuple à qui ils devraient profiter.

Source :Le Modèle

DERNIERS ARTICLES

Lepays225.com-08 juin2020-INTERVIEW/ Bah Soumalet, président de l’Alliance des Sociaux-Démocrates(ASD) et membre de la plateforme de l’opposition ivoirienne./«Le régime a mobiliser plus de 4.000 milliards de FCFA et  les 200 millions de masques que le Gou
Lepays225.com-08 juin2020-INTERVIEW/ Bah Soumalet, président de l’Alliance des Sociaux-Démocrates(ASD) et membre de la plateforme de l’opposition ivoirienne./«Le régime a mobiliser plus de 4.000 milliards de FCFA et les 200 millions de masques que le Gou
Publication : lundi 8 juin 2020 22:14
 Oustaz Koné (conférencier-théologien)/« Dieu est devenu un fonds de commerce. »
Oustaz Koné (conférencier-théologien)/« Dieu est devenu un fonds de commerce. »
Publication : samedi 6 juin 2020 15:28
Présidentielle d’octobre 2020/Le PDCI-RDA en conventions locales éclatées les 25 et 26 juillet prochain
Présidentielle d’octobre 2020/Le PDCI-RDA en conventions locales éclatées les 25 et 26 juillet prochain
Publication : samedi 6 juin 2020 15:21
 Côte d’Ivoire-lepays225.com-Affaire Matca/Le courrier  de l’ex-DG qui confond la direction des assurances et les dirigeants actuels de la MATCA.
Côte d’Ivoire-lepays225.com-Affaire Matca/Le courrier de l’ex-DG qui confond la direction des assurances et les dirigeants actuels de la MATCA.
Publication : mardi 19 mai 2020 17:09
Côte d’Ivoire-22 avril 2020-lepays225.com- Gabegie à la MATCA/Un trou de 2.286.669.330 FCFA  découvert *L’équipe dirigeante actuelle accuse l’ex-PCA
Côte d’Ivoire-22 avril 2020-lepays225.com- Gabegie à la MATCA/Un trou de 2.286.669.330 FCFA découvert *L’équipe dirigeante actuelle accuse l’ex-PCA
Publication : mercredi 22 avril 2020 17:55
Côte d’Ivoire-22avril 2020-lepays225.com-Interview/Djé Bi Djé Vamy Olivier (maire de Zuénoula et candidat déclaré à l’élection présidentielle d’octobre 2020)/« La Côte d’Ivoire est malade, je veux la guérir»
Côte d’Ivoire-22avril 2020-lepays225.com-Interview/Djé Bi Djé Vamy Olivier (maire de Zuénoula et candidat déclaré à l’élection présidentielle d’octobre 2020)/« La Côte d’Ivoire est malade, je veux la guérir»
Publication : mercredi 22 avril 2020 17:46
Côte d’Ivoire-Abidjan-20avrl 2020-lepays225.com-Décès de Marie Rose Guiraud/Les Condoléances du gouvernement à la famille éplorée
Côte d’Ivoire-Abidjan-20avrl 2020-lepays225.com-Décès de Marie Rose Guiraud/Les Condoléances du gouvernement à la famille éplorée
Publication : lundi 20 avril 2020 22:35
Côte d’Ivoire-Abidjan-20 avril 2020-lepays225.com-2ème Edition du Sommet Panafricain de l’Enfance et de l’Adolescence/Un trait d’union entre l’Afrique et ses fils
Côte d’Ivoire-Abidjan-20 avril 2020-lepays225.com-2ème Edition du Sommet Panafricain de l’Enfance et de l’Adolescence/Un trait d’union entre l’Afrique et ses fils
Publication : lundi 20 avril 2020 22:13
Élection à la FIF /Eugène Diomandé se retire  au profit de Drogba
Élection à la FIF /Eugène Diomandé se retire au profit de Drogba
Publication : mardi 14 avril 2020 19:37
Côte d’Ivoire-lepays225.com-Interview avec le président  de Horest/« Les pertes se chiffrent en milliards de nos francs »
Côte d’Ivoire-lepays225.com-Interview avec le président de Horest/« Les pertes se chiffrent en milliards de nos francs »
Publication : mardi 14 avril 2020 19:23

MUSIQUE Tendances

Musique : Sortie d’album/Aklane  annonce son retour avec ‘’confirmation’’
Musique : Sortie d’album/Aklane annonce son retour avec ‘’confirmation’’
Publication : jeudi 12 janvier 2017 02:01

Lepays225.com-Offrir  à ses fans quelque chose de bien. C’est  le souhait de l’artiste chanteuse Aklane, abonnée depuis quelques années  aux prestations dans les pianos bars. Son  dernier opus date de 2011.  Pour son retour, l’artiste  annonce  un album de 10 titres baptisé « confirmation ».

INTERNATIONAL Dernières dépêches

Sénégal – Tchad : la condamnation d’Hissène Habré est « nulle », selon l’un de ses avocats
Sénégal – Tchad : la condamnation d’Hissène Habré est « nulle », selon l’un de ses avocats
Publication : mardi 14 juin 2016 00:26

Lepays225.com-Un avocat de l'ex-président tchadien Hissène Habré a réclamé lundi sa libération immédiate, affirmant que sa condamnation à perpétuité par un tribunal spécial africain à Dakar était « nulle » en raison d'une irrégularité sur la désignation des juges.

Indépendance de la Justice : Les magistrats dénoncent une cabale politique
Indépendance de la Justice : Les magistrats dénoncent une cabale politique
Publication : mardi 14 juin 2016 23:52

Dans un certain temps, la justice burkinabè est au centre d’une cabale tendant à la dénigrer afin d’atteindre un objectif inavoué : celui de restaurer la présidence du Chef de l’Etat et la vice-présidence du ministre de la justice au Conseil supérieur de la magistrature.  

Compteur

1907815
Aujourd'huiAujourd'hui942
HierHier2286
Cette semaineCette semaine3888
Ce moisCe mois7759

Nécrologie

 

Communiqué