Lepays225.com

  

 
 

  

Plusieurs agents de police ont été formés sur les violences basées sur le genre initié par la Fondation SEPHIS et son partenaire OSIWA. Au terme  de l’atelier portant sur le renforcement des capacités des agents de la police nationale, 26 policiers ont reçu le vendredi 26 février dernier à l’hôtel ‘’Have’den Ressort’’ de Bingerville (Côte d’Ivoire) des certificats de participation « Peace Heart peace home » à la formation  et un pince chacun.

 

Les agressions physiques basées sur le genre prennent une proportion inquiétante en Côte d’Ivoire. Selon Mme Kambilé épouse Palé Elie, Directeur de Cabinet adjoint  du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, 70% d’agressions physique sur les femmes, les hommes et les enfants ont été enregistrés en 2020 sur 1500 plaintes. C’est donc pour lutter contre  les Violences Basées sur le Genre (VBG) que la Fondation SEPHIS et son partenaire la Fondation Américaine OSIWA ont organisé un atelier de formation dénommé « Peace Heart-Peace Home» à l’intention des agents de la police nationale. Au terme  de trois jours d’atelier portant sur le renforcement des capacités des agents de la police nationale, 26 policiers ont reçu le vendredi 26 février dernier à l’hôtel ‘’Have’den Ressort’’ de Bingerville (Côte d’Ivoire) un certificat de participation « Peace Heart peace home » à la formation  et un pince pour chacun. C’était en présence du Contrôleur général, Mme Kambilé épouse Palé Elie Directeur de Cabinet adjoint  du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité ; Irié Bi Etienne, Adjoint Chef du District de Police de Cocody (Représentant de Monsieur le Directeur Général de la Police Nationale). Dans son intervention, la représentante du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Diomandé Vagondo, a souligné que ces trois jours de formation ont permis  aux participants de renforcer leur capacité et d’être plus outillé dans leur formation afin de réduire les VBG. Pour Mme Kambilé, le  gouvernement Ivoirien fait de la lutte contre les VBG une priorité. « A la répression et aux sanctions s’ajoute la sensibilisation. Le fléau des VBG perdure.  Abondant dans le même sens, le porte-parole des policiers et le capitaine de police Kpidi Hortense se sont engagés à mettre en pratique tous ces acquis. Visiblement heureuse, la présidente de la Fondation SEPHIS, Mme Sefora Kodjo épouse Kouassi a expliqué  que cet atelier a permis non seulement le renforcement des capacités sur les questions de Violences Basées sur le Genre et sur l’utilisation du Système de Gestion de l’Information sur les Violences Basées sur le Genre, le GBVIMS ; également un système de collecte, de stockage, d’analyse et de partage des données en rapport avec les incidents de VBG avérés. « Les objectifs visés par SEPHIS et la Fondation OSIWA visent la « Tolérance ZERO » contre les auteurs de VBG et ce, à travers les Bureaux Genre au sein des Commissariats de Police », a indiqué Mme Sefora épouse Kouassi. Pour Mme Aïcha, Lieutenant de police en service au 9è Arrondissement,  cet atelier est le bien venu. « Nous avons appris comment encadrer et protéger dans la société les personnes  victimes de Violences Basées sur le Genre (VBG). Il faut savoir les accueillir, suivre la procédure sociale. Nous sommes constamment confrontés dans nos commissariats aux violences basées sur le genre. Cet atelier nous a permis d’approfondir nos  connaissances » a confié le Lieutenant de Police.

 San Aubin

 

 

Compteur

2403826
Aujourd'huiAujourd'hui1958
HierHier1968
Cette semaineCette semaine478
Ce moisCe mois20273

Nécrologie

 

Communiqué