Plusieurs grands maîtres des arts martiaux ont pris part récemment à un stage pluridisciplinaire de self-défense organisé par les maîtres Kouassi David et Koné Mamadou à Grand Bassam.

 

 

Les pratiquants d'arts martiaux toutes disciplines confondues ont animé le samedi 05 septembre dernier à Grand-Bassam, à l’initiative des Maîtres Koné Mamadou et Kouassi David, un stage pluridisciplinaire de self-défense. Ce, malgré leurs différences de style, de pratique et de philosophie, pour travailler des techniques efficaces de self défense. Ce 2è stage  avec pour thème,  ’’la recherche de la paix par les arts martiaux’’ visait  à partager les connaissances et échanger sur les techniques  des arts martiaux. Plusieurs dinosaures  des arts martiaux Ivoiriens dont Me Hanshi Edouard Mockey, ceinture noire 10è dan de yosékan budo et président de la  fédération Africaine de Yosékan budo,  fondateur du yosékan Budo Ivoirien,  expert rompu aux techniques des arts martiaux Japonais. Me Hanshi Baï Patrice, ceinture noire 8è dan de Nanbudo, l’un des grands champions de karaté  que la Côte d’Ivoire ait connu.  Egalement Me Appolos Johnson Lelou, 6e dan Taekwondo kukkiwon korea, professeur Bonny Yao Félix, Me Adoi Tigré, Me Nguessan Kouassi David, directeur technique national de Wushu, ceinture noire 6è dan. Enfin,  Me Koné Mamadou, ceinture noire 6è dan de Kung-fu wushu et de self silat, des instructeurs, des maîtres ont pris part au stage. Une cinquantaine de participants dont des grands maîtres, des instructeurs,  des maitres et  des pratiquants issues de différentes écoles, des maîtres, des instructeurs ont pris part au stage national de self-défense dont ce fut un véritable succès. « A travers cet acte, nous avons voulu  donner un signal fort à la classe politique, à la société civile et aux populations ivoiriennes, voire africaines. Nous disons qu'il est possible de travailler ensemble et de contribuer au développement de notre pays et de notre continent malgré nos divergences de points de vue et au delà de tout clivage de quelque nature que ce soit », a déclaré Me Appolos.  Pour Me Koné qui a animé le stage en Penckat Silat , « c’est une très belle initiative qu’il faut renouveler ».

Il a par ailleurs indique que  la crise sanitaire n’a pas permis d’organiser des activités. Cependant, ajoute-il, « on a profité du temps de repos dû à la Covid-19  pour travailler sur les réseaux sociaux. On faisait des cours sur les réseaux sociaux au travers d’un groupe que nous appelons challenge qui permettait  aux athlètes de réviser les techniques des arts martiaux tout en étant chez eux. On organisait des challenges toutes les semaines, tous les mois de sorte que les athlètes pouvaient réaliser les techniques à partir de chez eux », a précisé . Me Koné Mamadou (pdt l’AMI).S’agissant de la Mantis Night qui est  un événement majeur du programme d’activité de l’AMI,  il n’aura malheureusement pas lieu cette année. « Nous organisons cette compétition dans le dernier  trimestre de fin d’année. Avec les challenges électoraux, on a décidé de reporter  l’événement. On va se concerter s’il faut poursuivre en 2021 ou en 2022. C’est un événement de dimension internationale. Les articulations de la Mantis Night, la casse, les compétitions (technique et combat) et le gala.

S.A